Extrait du "Programme de formation de l'école québécoise"

Les langues constituent un moyen privilégié de communication et d’apprentissage
et fournissent à l’individu des outils qui l’aident à devenir graduellement un
citoyen capable de participer pleinement aux échanges d’idées et à l’évolution
des valeurs d’une société démocratique et pluraliste telle que la nôtre. Non seulement
il s’enrichit personnellement par l’apprentissage de différentes langues,
mais, ce faisant, il contribue à l’enrichissement de la culture de sa collectivité.
Le contexte québécois détermine d’emblée l’usage du français ou de l’anglais
comme langue d’enseignement ou langue seconde. Par ailleurs, la possibilité
d’acquérir une langue tierce est offerte à l’élève afin qu’il puisse accroître son
bagage linguistique et culturel. Pour l’élève nouvellement arrivé, l’intégration
constitue une passerelle vers la classe ordinaire du secteur francophone, où sa
langue et sa culture d’origine sont considérées comme des assises du développement
de ses compétences.

Contribution du domaine des langues à la formation générale de l’élève.


Les disciplines du domaine des langues sont au service du développement des
compétences langagières. Elles procurent à l’élève un environnement propice
pour structurer son identité, pour s’approprier, transmettre et développer les
richesses de la culture et pour devenir graduellement un citoyen responsable.
L’élève vit en société et la langue est son principal moyen d’interaction avec
son entourage. Elle lui permet d’entrer en relation avec les jeunes et les adultes
d’ici et d’ailleurs; elle lui ouvre une fenêtre sur le monde et sur la connaissance.
Elle favorise son épanouissement en ce sens qu’elle contribue au
développement et à l’affirmation de son identité personnelle, sociale et culturelle.
Elle contribue également à la structuration de sa pensée, lui permet de
décrire ou d’exprimer ses idées, ses perceptions et ses sentiments. Elle l’aide à
construire ainsi qu’à partager sa vision du monde, puisque les mots et les symboles,
au delà des codes et des règles, traduisent la singularité de la pensée.

Relations entre le domaine des langues et les autres éléments du Programme de formation.


C’est par l’utilisation de la langue dans des contextes variés, inspirés des problématiques
des domaines généraux de formation, que l’élève est amené à communiquer
de façon appropriée avec plus de clarté, de confiance et d’efficacité.
La langue d’enseignement constitue un véhicule privilégié de médiation des
apprentissages dans l’ensemble des disciplines. Ouvrant ainsi la porte au savoir
et à sa construction, la pratique langagière fait appel aux compétences transversales
de tous les ordres. Elle s’avère particulièrement indissociable de la mise
en oeuvre de la pensée créatrice, de l’exercice du jugement critique et, à l’évidence,
de la communication.
Les langues première, seconde et tierce donnent accès aux textes courants et
aux oeuvres littéraires. Le choix et la mise en contexte de ces textes et de ces
oeuvres, présentés sur des supports médiatiques diversifiés, favorisent la découverte
du monde et de l’être humain dans toute leur richesse, leur diversité et
leur complexité.

Points communs aux disciplines du domaine des langues

Les apprentissages linguistiques se nourrissent mutuellement. Ainsi, l’élève ne
réapprend pas à lire et à écrire dans la langue seconde ou la langue tierce; il
transfère certains éléments de son expérience linguistique et de son bagage
culturel à un nouveau contexte. Inversement, en apprenant une deuxième ou
une troisième langue, l’élève est amené à jeter un regard différent sur sa langue
et sa culture d’origine : il est placé dans une situation qui lui permet de découvrir
ce que les langues et les cultures ont en commun et ce qui est particulier
à chacune d’elles.